Bilbo le Hobbit – JRR Tolkien

Tolkien, JRR - Bilbo le hobbit
Titre : Bilbo le hobbit
Titre VO : The hobbit
Auteur : JRR Tolkien
Traducteur : Francis Ledoux
Genre : Fantastique
Tome :Unique
Edition : Le livre de poche
Pages : 312
Prix : 6,00 €
ISBN : 978-2-253-04941-8
***
***
Note : 13,5/20

  • La couverture : 3/4
  • L’histoire : 3/4
  • Les personnages : 2/4
  • Les lieux : 3/4
  • Le style : 2,5/4

 

Résumé : Bilbo, comme tous les hobbits, est un petit être paisible. L’aventure tombe sur lui un beau jour, lorsque Gandalf le magicien et treize nains barbus l’entrainent dans une chasse au trésor périlleuse à la Montagne Solitaire gardée par le dragon Smaug … […]
J’arrête volontairement le résumé ici car je trouve qu’il spoile vraiment trop le roman et que ça gâche vraiment le plaisir.

Pourquoi ce livre ? Je voulais en lire le plus possible avant d’aller voir la première partie de l’adaptation au cinéma. J’ai également lu ce livre dans le cadre de la lecture commune de décembre avec Club de Lecture.
lc12.12

Lu en : Décembre 2012

Chronique :

J’ai une couverture récente, et je la trouve très jolie. J’aime beaucoup la représentation de Smaug et du trésor, et le contraste avec la caverne. Par contre (oui, je ne peux pas m’empêcher de râler sur les couvertures), j’aurais voulu la jolie boîte qu’ils ont sorti pour le premier film (j’avais ce livre dans ma PAL depuis un moment). La couverture est identique, mais la boîte est magnifique, toute en écaille bleues et dorées. Et je voulais la même. Donc je râle.

L’histoire reste assez simple, une histoire de conte dont on connait déjà la fin dans les grandes lignes (même sans avoir lu le résumé très-trop détaillé). C’est vraiment le genre d’histoire fantastique que l’on peut raconter aux enfants, et ça m’a permis de bons moments de détente en suivant toute l’épopée. J’ai adoré pouvoir continuer l’expérience en allant voir Le Hobbit au cinéma (il me semble que cette première partie s’arrête à peu près à la fin du chapitre 6).

Retrouver cet univers m’a fait un bien fou (même si je n’avais jamais terminé un Tolkien avant celui-ci …) et j’ai adoré suivre Bilbon, le voir devenir de plus en plus sur de lui, de moins en moins trouillard. En revanche, j’ai détesté les nains. Je les ai trouvé arrogants, trop surs d’eux et j’avais envie de leur mettre des claques à tous à chaque fois qu’ils dénigraient Bilbon. L’apparition de Gollum et enfin savoir comment exactement l’anneau est arrivé dans les mains de Bilbon m’a beaucoup plu, c’était un passage que j’attendais avec impatience pendant ma lecture.

Le gros plus de l’univers de Tolkien, c’est la richesse de son univers. J’ai adoré me balader avec les personnages, suivre leur trajet sur les cartes qui sont en début et fin de livre. Les descriptions assez détaillées font que l’on se représente vraiment bien le lieu dans lequel on est, on est vraiment en Terre du Milieu avec les personnages.

J’avais vraiment peur du style en commençant ce livre, n’ayant jamais réussi à lire la trilogie du seigneur des anneaux en entier. Et j’ai été agréablement surprise, j’ai beaucoup aimé le style caractéristique de l’auteur avec ce livre. C’est moins lourd, plus fluide, avec moins de descriptions (il me semble) que dans le seigneur des anneaux ; on sent que le livre était vraiment un conte pour enfant à la base.

Bilan : J’ai vraiment passé un très bon moment avec Bilbo, et ça me donne énormément envie de me plonger dans le Seigneur des Anneaux pour continuer à me balader en Terre du Milieu (et de voir la suite au cinéma, parce que Martin Freeman quoi !! *.*)

De 11 à 15

Extraits :

« Il n’est pas prudent d’écarter de ses calculs un dragon vivant quand on est près de lui. »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Le livre perdu des sortilèges – Deborah Harkness

Harkness, Deborah - Le livre perdu des sortilèges

Titre : Le livre perdu des sortilèges
Titre VO : A discovery of witches
Auteur : Deborah Harkness
Traducteur : Pascal Loubet
Genre : Fantastique
Tome :1/3
Edition : Le Livre de poche
Parution : Mai 2012
Pages : 820
Prix : 8,60€
ISBN : 9-782253-164258
***
***
***
Note : 14/20

  • La couverture : 3/4
  • L’histoire : 3/4
  • Les personnages : 2/4
  • Les lieux : 3/4
  • Le style : 3/4

 

Auteur : Deborah Harkness est professeur à l’université de Californie du Sud. Spécialiste de l’histoire des sciences et de la magie en Europe du XVI au XVIIIème siècle, elle a publié deux essais très remarqués avant de se lancer dans l’écriture de romans. Elle tient également un blog sur le vin qui a été plusieurs fois primé. Vendu dans une quarantaine de pays, best-seller international salué par la critique, Le livre perdu des sortilèges est son premier roman.

Résumé : Diana Bishop a renoncé depuis longtemps à un héritage familial compliqué pour privilégier ses recherches universitaires, un vie simple et ordinaire. Jusqu’au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique : l’Ashmole 782. Elle ignore qu’elle vient de réveiller un ancien et terrible secret –un secret convoité par de nombreuses et redoutables créatures. Dont Matthew Clairmont. Un tueur, lui a-t-on dit. Malgré elle, Diana se retrouve au cœur de la tourmente.

Pourquoi ce livre ? Lu dans le cadre d’une lecture commune avec Club de Lecture.
lc1110

Lu en : Novembre 2012

Chronique :

Je trouve la couverture vraiment magnifique, c’est elle qui m’a poussée à aller vers le livre en premier lieu. J’aime beaucoup l’ambiance assez sombre avec le château en arrière plan. (Bémol : j’ai eu droit à un énorme sticker rouge avec « prix des lecteurs » marqué dessus. Je déteste quand on colle des stickers sur mes livres.)

J’ai trouvé l’histoire de départ vraiment originale et j’ai vraiment adoré le fait qu’il y ait beaucoup de parties historiques et scientifiques. L’univers est très bien construit, logique. Il y a une vraie cohérence et des explications excellente sur les liens, l’histoire, les pouvoirs, les clans. J’ai vraiment adoré toutes les recherches historiques et scientifiques que l’auteur à faites, tout est logique, et on se dit qu’effectivement, ça serait possible que ça (la magie, les vampires, …) existe de la façon dont c’est présenté.

Je n’ai pas supporté les personnages principaux et adoré les personnages secondaires.
Diana m’a profondément agacée avec son côté pauvre petite fille fragile et ignorante. J’ai vraiment eu l’impression qu’elle était incapable de se débrouiller toute seule. Il lui est arrivé beaucoup de malheurs et je comprends que ça puisse la fragiliser sur certains points, mais j’ai trouvé qu’il y a avait un contraste entre cette fragilité avant Matthew, et sa presque dépendance envers lui une fois qu’il s’installe dans sa vie. Plus j’avançais dans le livre, et moins elle était autonome, et ça m’a vraiment énervée. Elle m’a rappelé Bella de Twilight sur ce point, et j’ai souvent eu envie de la secouer un peu pour qu’elle s’endurcisse et apprenne à se débrouiller seule.
En ce qui concerne Matthew, son personnage de vampire super-fort, avec pleins de titres et de responsabilité, très dominant, très protecteur et qui commande tout m’a insupportée. Encore une fois, j’ai adoré lorsque l’on revenait sur son passé, les rôles qu’il a pu jouer, les personnages célèbres qu’il a pu côtoyer et son rôle dans certains évènements historiques importants. J’ai aussi beaucoup aimé suivre son travail, ses recherches ADN et biologiques sur la magie. En gros, j’ai adoré sa vie mais pas sa personnalité.
Les personnages secondaires sont ceux que j’ai préférés, je les ai trouvés très riches, bien amenés. Ils jouent des rôles importants dans la progression de l’histoire, ils ont de vrais caractères.

Il y a une grande diversité dans les lieux, on voyage pas mal dans le livre. Ceux que j’ai préférés sont la bibliothèque (évidemment) et la petite maison de Sarah et Emily. Ils sont bien décrits et j’ai réussi à me les représenter et à me balader avec les personnages sans me perdre.

J’ai beaucoup aimé le style de l’auteur. Ça me fait penser à quelque chose d’assez ancien, avec des jolies tournures de phrase et du vocabulaire. Les 820 pages sont passées assez vite et je ne me suis pas ennuyée. En voyant ce petit pavé, j’avais un peu peur de peiner à le terminer et de trouver le temps long et j’ai finalement beaucoup apprécié ma lecture.

Bilan : Un excellent premier tome qui donne envie de connaître la suite, même si j’attendrais qu’elle sorte en poche pour me la procurer.

De 11 à 15

Extraits :

Au commencement étaient l’absence et le désir.
Au commencement étaient le sang et la peur.
Au commencement était le livre perdu des sortilèges. (page 9)

Rendez-vous sur Hellocoton !